Chronique de Elles et eux chantent Jann Halexander

25-11-2015 - 09:07.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de musisphere et/ou Dehmar SARL.









Pochette album Elles et eux chantent Jann Halexander - DR

Jann Halexander vient de publier le 11 novembre dernier un projet tribute pour le moins atypique, « Elles et eux chantent Jann Halexander ».

Aurélien Makosso-Akendengué est né à Libreville au Gabon en 1982. Il démarre son parcours artistique il y a une dizaine d’années. Artiste multiple, Jann Halexander est poète et chanteur, certes, mais également auteur et acteur. Artiste insaisissable, dans la marge, mais jamais marginal, il peut se targuer d’avoir, au fil de ses créations et de ses spectacles, su fédérer un public fidèle, toujours plus nombreux. Il faut dire que son œuvre, plurielle par essence, et particulièrement foisonnante, n’appartient qu’à lui. Une œuvre qui explore depuis ses débuts cette sphère intime entre le moi profond et celui de l’autre. Quelques morceaux importants : « Déclaration d’amour à un vampire » (les médias l’ont d’ailleurs souvent qualifié de ce sobriquet), « À table », « Brasillach 1945 » ou encore « Un bon chanteur est un chanteur mort » et « Déracinés quand même ».

Ce sont notamment et entre autres ces quelques titres emblématiques que quelques amis et parents de l’artiste reprennent sur cet album tribute. Parmi ces artistes, atypiques pour la plupart, et venant tous d’horizons très différents les uns des autres, citons Anne-Cécile Makosso-Akendengué, sa mère (soit dit en passant la chanson « L’amant de maman » ne figure pas sur ce disque, pourtant elle fait figure de classique dans le répertoire d’Halexander), Clémence Savelli, Nicolas Duclos, Marc Havet ou encore Frédéric Pagès, Monique Hottier et Barbara Felettig.

« Elles et eux chantent Jann Halexander » est un projet multi artistes atypique qui ne hume donc pas le commercial à plein nez, vous l’aurez compris, mais qui respire (ou plutôt qui inspire) la sincérité, l’originalité et l’authenticité. Alchimiste dans l’âme, Jann Halexander marie mieux que quiconque le verbe et le vent. Qu’il soit question de merle chanteur, de vampire, d’Alien ou de mulâtre, l’artiste émerveille et émeut tour à tour. Par le prisme de la sensibilité de l’autre, ses chansons trouvent ici un nouveau souffle. Un renouveau. Une renaissance. Aucune importance, certes. Mais une œuvre importante.

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
inscris toi à la newsletter
vidéos




Concours

retrouve-nous sur facebook
retrouve-nous sur twitter
 
Retour en haut