Guillo, Je ne suis pas un long fleuve tranquille

26-04-2017 - 07:25.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de musisphere.com.









Le livre/disque de Guillo, « Je ne suis pas un long fleuve tranquille », est attendu en librairies le 26 avril prochain aux Éditions LamaO.

Guillo, Je ne suis pas un long fleuve tranquille

Artisan de la nouvelle scène française depuis plusieurs années maintenant, Guillo est un artiste atypique. Ses armes, il les faits dans le Sud aux côtés de Francis Lassus (batteur de Nougaro, Higelin…). En 2007, son parcours prend un nouveau virage : le chanteur est sélectionné aux Rencontres d’Astaffort alors parrainées par Tété. S’en suivront plusieurs premières parties prestigieuses, dont certaines de Francis Cabrel sur sa tournée « Des Roses et des Orties », Juliette ou Emilie Loizeau. Plus tard, il partagera la scène avec des artistes dans le sillon desquels la poésie de Guillo s’inscrit clairement, Anne Sylvestre ou Allain Leprest. En 2013, l’artiste publie « Super 8 », son premier album « distribué ». L’année dernière, il renouvelle l’expérience avec « Soulage », son deuxième, avec une sortie digitale.

C’est de « Soulage » qu’il s’agit une nouvelle fois. Ce deuxième album de Guillo bénéfice aujourd’hui d’une nouvelle exposition, avec une sortie physique cette fois-ci. Mais, histoire de ne pas faire comme tout le monde, cette sortie se fera en librairies. Riche idée ! Parce que finalement si les disciplines (la chanson, la prose et la poésie) sont différentes, elles se rejoignent toujours quelque part. Du côté des émotions. Et d’émotions, les chansons de Guillo n’en manquent pas !

« Je ne suis pas un long fleuve tranquille », c’est le titre que Guillo a donné à ce livre-disque dans lequel l’artiste livre « Soulage », son dernier album en date, accompagné des textes de ses chansons. Jusque-là, la démarche est plutôt classique, mais ceux-ci sont ici agrémentés également d’un récit, à la manière d’une courte nouvelle. En plantant le décor d’une certaine façon et en dévoilant ainsi – une partie de – l’origine de ses chansons, l’artiste les met en lumière différemment. Il lève forcément un voile d’une certaine manière, mais en jette finalement un nouveau. Parce qu’aucune explication de texte ne remplacera jamais l’émotion qu’une chanson, un texte ou une mélodie, suscite au plus profond de celui qui l’écoute.

À l’instar de la vie, qu’il met particulièrement bien en musique, Guillo n’est pas un long fleuve tranquille. Ses chansons non plus. Elles sont le reflet de nos errances, nos divagations, nos ponctuations, nos respirations. Avec beaucoup de poésie, l’artiste livre ici une véritable ode à cette vie qui ponctue nos existences toutes aussi singulières qu’elles sont.

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
inscris toi à la newsletter
vidéos




Concours

retrouve-nous sur facebook
retrouve-nous sur twitter
 
Retour en haut